22/09/2010

Colloque au Collège de France : Quel est l’avenir à long terme de l’épidémie du Sida ? (introduction)

Le 14 septembre dernier s'est tenu dans la prestigieuse enceinte du Collège de France un colloque international organisé en collaboration avec l'Agence Nationale de la Recherche sur le Sida (ANRS) et soutenu financièrement et intellectuellement par l'Agence Française de Développement.

P1020386.JPG

L'amphithéâtre du Collège de France se remplit


Inscrit dans la Chaire Savoirs contre pauvreté (année académique 2009-2010), ce symposium placé sous la direction de Peter Piot était consacré à l'évolution de l'épidémie du Sida sur le long terme. L'épidémiologiste et microbiologiste mondialement reconnu a rassemblé les meilleurs spécialistes européens et africains pour débattre de ce sujet universel.

L'épidémie du Sida va persister durant plusieurs générations : c'est l'une des conclusions de la XVIIIème Conférence internationale sur le Sida de Vienne 2010. Pourtant, nous conservons aujourd'hui encore une approche à court terme et risquons de perdre les acquis et les progrès de ces dernières années.

Le colloque parisien avait pour objectif de stimuler la réflexion sur le devenir à long terme de l'épidémie, ainsi que les implications de cette vision pour la recherche, la prévention, le traitement et le financement de la lutte contre le Sida.


Dans son introduction Peter Piot a ainsi insisté sur trois points :

- l'épidémie du Sida n'est pas terminée

- des progrès réels ont eu lieu notamment dans le domaine scientifique

- mais la riposte mondiale semble à bout de souffle notamment en raison de l'épineuse question des investissements. De son côté, Jean-François Delfraissy, directeur de l'ANRS, a d'ailleurs tenu à insister sur le contexte, à quelques jours de la réunion des bailleurs de fonds à New York.

P1020380.JPG
Peter Piot lors de son allocution d'introduction

Globalement, pour le dire avec George Garnett dans son intervention intitulée  Modelling the future of HIV Pandemic, il est urgent d'agir si l'on veut des résultats d'ici 2031. Des petits changements peuvent avoir de graves conséquences, d'où la difficulté de prédire. A partir des projections essentiellement centrées sur les pays du sud, nous pouvons néanmoins dégager deux hypothèses :

- Si rien n'est fait, on observera vraisemblablement un statu quo dans la contamination et une hausse du nombre de personnes infectées (du fait de l'allongement de leur espérance de vie, 34 millions de personnes vont avoir besoin de soins).

- Au contraire, si on agit, on peut espérer une baisse du nombre de personnes contaminées et, à termes, d'infectées. En Afrique du Sud, par exemple, une action multisectorielle, notamment dans le domaine de l'éducation serait très bénéfique en réduisant de près 5.5 millions le nombre d'infectés d'ici 2031. Les coûts en matière de prévention seront largement contrebalancés par la baisse du nombre de malades (et du coût que représente des traitements à vie).


Au cours des tables rondes présentées lors de cette journée de réflexion, différents sujets ont pu être abordés, notamment :

-          Ce que la science peut offrir dans le domaine de la recherche fondamentale,

-          L'usage des antirétroviraux,

-          L'élan vers une prévention plus efficace et de nouvelles stratégies,

-          Le financement de la lutte contre le sida.


Chacun de ces sujets fera l'objet d'un billet indépendant.

pour aller plus loin.jpg


Cours - Savoirs contre pauvreté

Annuaires des conférences au collège de france disponibles en audio/vidéo

Bulletin of the World Health Organization : l'avenir de la pandémie de VIH

 

souspourallerplusloin.jpg


16:27 Publié dans Conférences | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : collège de france anrs sida hiv afd |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.